Archives Mensuelles: mai 2015

BUFFALO 66′ // VINCENT GALLO

Capture d’écran 2015-02-25 à 10.13.34

Capture d’écran 2015-02-25 à 10.13.36

Capture d’écran 2015-02-25 à 10.13.23

Capture d’écran 2015-02-25 à 10.13.48

Capture d’écran 2015-02-25 à 10.56.41

Capture d’écran 2015-02-25 à 11.04.56

Capture d’écran 2015-02-25 à 11.06.59

Capture d’écran 2015-02-25 à 11.09.58

Capture d’écran 2015-02-25 à 11.19.19

Capture d’écran 2015-02-25 à 11.27.17

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.20.23 1

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.21.30

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.23.38

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.26.12

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.27.07

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.28.18

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.28.59

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.29.29

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.29.50

Capture d’écran 2015-03-30 à 06.30.34

1998

 

Buffalo 66′ est le premier long métrage écrit et réalisé par Vincent Gallo. Le film raconte l’histoire de Billy Brown (Vincent Gallo), tout juste sorti de prison où il a passé les cinq dernières années pour un crime qu’il n’a pas commis. Il décide de rendre visite à ses parents qui ignorent tout de sa situation et le croient marié et employé par le gouvernement. Il décide alors de kidnapper une jeune femme, Layla (Christina Ricci) sur sa route afin de la faire passer pour sa femme devant ses parents.

 

 » All my life I’ve been a lonely boy. »

 

Billy Brown n’a qu’une idée en tête: retrouver Scott Woods, le footballer responsable de ses malheurs (après avoir perdu un pari, ne pouvant rembourser ses dettes, Billy fut contraint d’aller en prison).

Le spectateur assiste à la rencontre frénétique entre un ex-taulard torturé par ses démons et ses maladresses et la jolie poupée blonde qui se laisse totalement bercer par les événements et suit le héros docilement.

Billy est un personnage solitaire et instable, sa vie est clairement montrée au spectateur comme un échec (ses parents, l’école, sa vie amoureuse). Malgré les circonstances, la relation entre les deux personnages va peu à peu évoluer, syndrome de Stockholm, histoire d’amour ?!

 

« Would you hold me ?… Don’t touch me! »

 

Le décor sombre et oppressant, la photographie granuleuse soulignent le côté industriel de Buffalo (ville d’origine du réalisateur) et inscrit ce film dans la lignée du cinéma indépendant américain. On ne peut s’empêcher de penser que Vincent Gallo a nourri ce film de bribes autobiographiques, il est à l’origine du scénario mais aussi de la mise en scène, réalisation et a également composé la musique.

Buffalo 66′ est un premier film largement réussi.

 

« When  we  met  I  felt  my  life  begin. »

Publicités
Tagué , ,
Publicités