Notre Jour Viendra (Our Day Will Come) // Romain Gavras

Capture d’écran 2015-02-16 à 20.48.09

Capture d’écran 2015-02-16 à 20.48.20

Capture d’écran 2015-02-16 à 20.49.40

Capture d’écran 2015-02-16 à 20.51.24

Capture d’écran 2015-02-16 à 20.52.34

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.00.17

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.00.32

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.00.42

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.03.16

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.03.46

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.08.25

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.08.51

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.10.02

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.13.09

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.13.10

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.13.37

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.14.55

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.18.07

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.18.14

Capture d’écran 2015-02-16 à 21.18.50

 

2010

Notre jour viendra est le premier long métrage de Romain Gavras, co-fondateur avec Kim Chapiron du collectif Koutrajmé, plus connu pour ses clips vidéos provocateurs (M.I.A – Born Free / JUSTICE – Stress). Quelque part dans le Nord de la France, Rémy (Olivier Barthélémy) un adolescent rouquin mal dans sa peau et à la sexualité trouble, un souffre douleur pour les autres rencontre Patrick (Vincent Cassel), un psychanalyste désabusé, nihiliste et manipulateur, lui aussi roux. Ensemble, ils décident de se lancer dans une quête hallucinée contre le reste du monde mais surtout vers l’Irlande, terre promise pour les deux rouquins.

Patrick prend les commandes et décide d’aider son poulain à s’accepter et à s’assumer pleinement. Les deux hommes perdent totalement les pédales et décident de se venger de ce monde, de cette société qui les a rejetés, en semant chaos et confusion sur leur passage. Le racisme contre les roux qui a réunit les deux hommes va devenir un prétexte à cette quête existentielle.

« Choisis un arabe. Choisis un arabe. Choisis un arabe. Choisis un arabe… »

L’histoire s’embrase dans une folie destructrice où tout le monde semble en prendre pour son grade (juifs, arabes, handicapés, homosexuels, pauvres, riches…). C’est une révolte, la révolte de deux hommes qui ont décidé de dire « merde ». De cette violence gratuite, de cette rage se dégage une honnêteté pure et une relation inattendue entre deux protagonistes perdus chacun à sa façon.

« Ma chevelure vous irrite? Je la laisserai pousser,

Mes actions, mes attitudes vous dérangent? Et bien je les amplifierai,

Et quand enfin sous la pluie de vos sarcasmes, je resterai indifférent et que je pourrai être celui que je dois être, et bien malgré ce dégoût, malgré cette honte, vous m’aimerez pour ce que je suis ».

Gavras n’hésite pas à mélanger les genres (comédie noire, road-movie) afin de déstabiliser le spectateur et lui faire perdre ses repères. La technique est toujours juste, les cadrages et  l’esthétique soignée car si Gavras Jr sait bien faire quelque chose c’est poser sa caméra.

Trop souvent comparé aux Valseuses, le film a été très mal reçu par la presse bien pensante.  Malgré quelques ratés scénaristiques, Notre jour viendra est une oeuvre réussie et le genre de film qui ne laisse pas indifférent.

« Ce film est une digression romantique, il montre le désespoir d’une quête impossible. » _ R. Gavras

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :