Archives Mensuelles: novembre 2013

It’s all about love // Thomas Vinterberg

Capture d’écran 2013-10-16 à 02.20.14

Capture d’écran 2013-10-16 à 04.30.43

Capture d’écran 2013-10-16 à 02.39.53

Capture d’écran 2013-10-16 à 02.39.54

Capture d’écran 2013-10-16 à 02.40.02

Capture d’écran 2013-10-16 à 02.43.30 1

Capture d’écran 2013-10-16 à 03.36.43

Capture d’écran 2013-10-16 à 03.06.38

Capture d’écran 2013-10-16 à 03.04.45

Capture d’écran 2013-10-16 à 02.44.03

Capture d’écran 2013-10-16 à 02.38.08

Capture d’écran 2013-10-16 à 04.07.33

Capture d’écran 2013-10-16 à 03.05.28

Capture d’écran 2013-10-16 à 04.27.27

Capture d’écran 2013-10-16 à 04.30.16

 

2003

 

Après Festen, largement salué par critique, Vinterberg s’est mit en tête de faire totalement l’inverse du Dogme95 (courant cinématographique crée par Lars Von Trier et Vinterberg) qui prône la sobriété et se veut dénué de tout artifices ou effets spéciaux pour atteindre une forme de réel direct.

 

«De plus, je jure en tant que réalisateur de m’abstenir de tout goût personnel. Je ne suis plus un artiste. Je jure de m’abstenir de créer une « œuvre », car je vois l’instant comme plus important que la totalité. Mon but suprême est faire sortir la vérité de mes personnages et de mes scènes. Je jure de faire cela par tous les moyens disponibles et au prix de mon bon goût et de toute considération esthétique.»

 

Extrait du voeu de chasteté Dogme95 signé par LVT et TV

 

It’s all about love est un film très esthétique à la photographie soignée qui nous montre un monde futuriste dans lequel les dérèglements climatiques ont bouleversé notre monde et où les gens meurent subitement d’arrêts cardiaques causés par la solitude.

It’s all about love, c’est avant tout un film qui parle d’amour. Un couple John (Joaquin Phoenix) et Elena (Claire Danes) se retrouve à NYC pour signer les papiers du divorce jusqu’à ce que John réalise qu’Helena est menacée par son environnement et les personnes qui l’entourent. Après avoir découvert l’envers du décor, les deux amoureux tentent de fuir ce complot familial hystérique et mystérieux.

 

Vinterberg nous offre un poème symbolique sur l’état du monde. Le film soulève beaucoup de questions mais laisse le spectateur avec ses propre réponses. Le titre en dit long, malgré les dérèglements climatiques, la haine, la mort ou la peur, tout est toujours question d’amour.

Mal reçu par la critique parce que le réalisateur a fait le choix de sortir de sa case de réalisateur Dogme95, It’s all about love reste malgré tout un très beau film.

 

Publicités
Publicités