Archives Mensuelles: septembre 2013

BOY MEETS GIRL // LEOS CARAX

Capture d’écran 2013-09-01 à 23.27.44

Capture d’écran 2013-09-01 à 23.28.01

Capture d’écran 2013-09-01 à 23.50.49

Capture d’écran 2013-09-01 à 23.51.31

Capture d’écran 2013-09-02 à 00.07.13

Capture d’écran 2013-09-02 à 00.09.36

Capture d’écran 2013-09-02 à 00.13.07

Capture d’écran 2013-09-02 à 00.16.36

Capture d’écran 2013-09-02 à 00.18.02

Capture d’écran 2013-09-02 à 02.38.01

Capture d’écran 2013-09-02 à 02.48.13

Capture d’écran 2013-09-02 à 02.57.16

Capture d’écran 2013-09-02 à 03.11.40

Capture d’écran 2013-09-02 à 03.17.08

Capture d’écran 2013-09-02 à 03.37.21

Capture d’écran 2013-09-02 à 03.37.51

Capture d’écran 2013-09-02 à 03.44.44

Capture d’écran 2013-09-02 à 01.12.25

1984

 
C’est le premier film de Caraxl’enfant terrible du cinéma français – prix du festival de la jeunesse à Cannes…

Le film s’ouvre sur une rupture, celle de deux êtres qui ne savent plus communiquer avec en fond sonore  « Je suis venu te dire que je m’en vais…».

 

«Les baisers ne serviront plus jamais à se fermer la bouche.» 

 

C’est l’histoire d’Alex (Denis Lavant) et de Mireille (Mireille Perrier), du mal de vivre, des idées noires, des relations qui s’achèvent alors que d’autres commencent. C’est l’histoire de leur rencontre, de leur goût et dégoût du monde. C’est l’histoire de toutes les premières fois pour lui, dans un Paris nocturne, du spleen façon romantisme pour elle. Dans des décors minimaux et obscurs, les deux amants à dérive parlent de leurs blessures encore ouvertes.

C’est surtout une histoire d’amour, celle d’un garçon abandonné par sa fiancée et celle d’une jeune fille accrochée à une histoire vouée à l’échec.

Le tout à la sauce Carax, entre cinéma et poésie – héritage de la Nouvelle Vague – avec une bande son des plus classes (Gainsbourg, David Bowie, Dead Kennedys, Barbara…)

 

«Tout ça c’est très vieux, l’amour je veux dire, les amoureux sont crevés.»

 

«Les rêves formidables, j’ai jamais cherché à les réaliser… Juste à les refaire la nuit d’après.»

 

Publicités
Publicités